Isalys Huet nous raconte son premier stage national de l'année

14 Décembre 2021

Ce stage, qu'Isalys Huet découvrait pour la première fois au mois de Novembre, regroupait les athlètes ayant réalisé les minimas européens sur la piste (en 2021). Il se basait essentiellement sur l'accession au haut niveau. L'athlète licenciée à Endurance 72 vous raconte son expérience entre fartleck, renforcement musculaire, musculation, technique, séance en salle mais aussi un certain nombre d'informations sur la nutrition, la préparation mentale, la psychologie ou la spécificité féminine.

Crédit photo : Yann Le Gal

Peux-tu nous raconter ce que tu as pu faire durant ton stage ?

"Nous avions 1 à 2 entraînements par jour, des entraînements plutôt variés comme le fartleck, le renforcement musculaire, musculation, technique, séance en salle… Ça nous a permis de tous nous confronter sur les différentes séances et de nous tirer vers le haut les uns les autres ! Nous avons aussi
réalisé des réunions à longueur de journée : socio/pro, nutrition (comment bien manger? quoi manger avant une compétition? le rôle de l'hydratation dans la performance? comment contrôler sa consommation de sucre?...) , prépa mentale, psychologue du sport, spécificité féminine, réseaux sociaux (comment gérer nos réseaux sociaux lorsque nous sommes athlète de haut niveau?). Toutes ces réunions nous ont permis de s’enrichir et d’apprendre plein de choses auxquels nous ne faisions pas attention avant, notamment la gestion des réseaux sociaux, également la nutrition où nous avons pu voir les bienfaits et les méfaits de certains aliments. Bref, tout cela nous a permis de nous enrichir personnellement. De plus, le soir nous avions également des réunions :
- programme des compétitions internationales pour l’année 2022
- gestion des blessures
- intervention avec Marroussia Paré (athlète des JO + psychologue du sport)
- les marches pour l’accession au très haut niveau
et pleins d’autres encore… "

La spécialité féminine est assez tabou dans le sport, peux-tu nous en dire plus sur ce que tu as pu entendre durant cette intervention?

"Oui, on a parlé de sujets qui peuvent être « tabou » pour certaines personnes notamment les règles. Certaines athlètes n’arrivent pas à en discuter avec leur coach parce qu’elles ont peur de subir des « moqueries » et que le coach ne comprenne pas. Et en plus, l'une des difficultés rencontrés aujourd'hui est le faite qu'il y ait beaucoup plus de coachs hommes que femme ; cela peut être une raison pour laquelle il est plus compliqué d'en parler. On a travaillé différents exercices en travaillant sur le périnée, pour éviter notamment les fuites urinaires des femmes durant l’effort. Certaines femmes (et certains hommes), à force de faire de « mauvais abdos » comme les crunch par exemple, peuvent subir des fuites urinaires durant l’effort. On nous a évidemment dit d'arrêter d'en faire et que pendant nos exercices d'abdominaux, il fallait absolument contracter notre périnée. Enfin, on a aussi discuté des moyens de contraceptions."

Quel bilan en tires-tu?
"Ce stage m’a permis de rencontrer de nouvelles personnes, de faire plein de nouvelles connaissances, ça a été enrichissant de s’entraîner et d’après à connaître des athlètes qui étaient aux championnats du monde cette été et qui nous ont partagé leur expérience, c’est la qu’on voit qu’il y a énormément de travail… Ça m’a également permis de me confronter avec les autres filles du demi-fond lors des séances, de se tirer vers le haut. Pour finir, le fait de se faire entraîner par une autre personne permet d’avoir une vision différente sur certains exercices (le coach sur place a pu me corriger sur des exercices différents que nous ne faisions pas forcément avec Gaëtan d’habitude) et d’après de nombreux exercices que je ne connaissais pas !"

Si vous avez des questions en rapport avec ces sujets-là, n'hésitez pas à la contacter !